XVIe siècle

Colloque Marie de Lorraine, 2nde partie

Marie de Guise-Lorraine 1515-2015

MariedeGuise2_Affiche

Été 1538. Marie de Lorraine, veuve du duc de Longueville, arrive en Écosse comme seconde femme de Jacques V Stuart. Leur mariage spectaculaire est célébré dans le bourg royal de Saint Andrews. De quelle famille vient la jeune femme, et qui sont ses modèles ? Dans quels lieux vit-elle en Écosse ? Quel est son statut ? Quelle image a t-elle auprès des Écossais, et cette image, change-t-elle entre 1538 et 1560?

Née en 1515, Marie est la fille aînée du premier duc de Guise et première de plusieurs générations de femmes remarquables. La dernière Guise naîtra cent ans plus tard, une autre Marie appelée Mademoiselle Guise (1615-1688). Avec elle se terminent cent ans d’histoire de la famille Guise, une branche passionnante au destin tragique de la maison de Lorraine.

Programme du colloque du 12 février 2016 à la bibliothèque Carnegie, Reims:

  • 9h00 Accueil
  • 9h30 Ghislain…

View original post 170 mots de plus

Le premier colloque français sur Marie de Lorraine-Guise

À la veille du 500e anniversaire de la naissance de Marie de Lorraine à Bar-le-Duc (Meuse), un premier colloque commémorait celle qui était reine et régente d’Écosse, mais dont la mémoire collective européenne semble avoir retenu que la mère de Marie Stuart.

Marie de Guise-Lorraine 1515-2015

MariedeGuise_Affiche500 ans après la naissance de Marie de Lorraine à Bar, aujourd’hui Bar-le-Duc en Lorraine, la capitale du Barrois se souvient à son tour de la fille aînée des Guise. Début juillet 2015, l’association régionale Sauvegarde du patrimoine l’avait honoré par une fête Renaissance à Joinville, lieu de son enfance. Le 9 octobre 2015, Bar-le-Duc accueilit une journée d’études universitaires, la première en France, à l’endroit même où Marie naissait le 20 novembre 1515.

Organisée par les universités de Reims, de Lorraine et l’auteur de ce site, la journée d’études fut consacrée à la jeunesse de Marie de Lorraine-Guise (1515-1538) :

Ouverture par Juliette Bouchot, Adjointe au maire à la culture et au patrimoine
Première séance. Présidence : Christine SUKIC (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP)

  • Stefano SIMIZ (Université de Lorraine, CRULH) : Le Barrois et la Lorraine au XVIe siècle. État de l’art et interrogations historiographiques
  • Bruno

View original post 277 mots de plus

Marignan 1515/2015: la Renaissance est à la fête fin juillet en Val de Loire

AfficheMarignan2015

Cet été en Val de Loire, ce n’est certainement pas la énième reconstitution de bataille qui se déroule dans le parc de Beauvais à Romorantin le 24 et 25 juillet, et dans le parc Léonard de Vinci du Clos Lucé à Amboise le 26 et 27 juillet. Point du tout. Les spectateurs du 21e siècle assisteront à une somptueuse fête de la Renaissance sur des gradins qui offrent entre 1500 et 5000 places selon le lieu. Ce sera une célébration de la bataille de Marignan, avec mise en scène théâtralisée et en présence du jeune roi François Ier, de la reine Claude, de Madeleine de la Tour d’Auvergne, de Léonard de Vinci et de son mécanicien Giulio Tedesco, et des centaines de figurants. Un campement du début du 16e siècle se dressera sur place avec sa forge et sa cambuse, un château factice de bois et de toile s’élèvera, et des canons lanceront des balles de papier! En somme, un grand spectacle historique qui date en fait de … 1518.

À l’occasion du mariage de Madeleine de la Tour d’Auvergne (1498-1519) avec Lorenzo de Médicis (1492-1519) et du baptême du dauphin François, Léonard de Vinci organisa un simulacre de guerre avec la prise d’un château afin de célébrer la victoire de Marignan. De la fête du 14 et 15 mai 1518, l’ambassadeur de Mantoue, Stazio Gadio, décrit les éléments théâtrales :

une muraille continue d’une tourelle à l’autre, de toile peinte attachée sur des poutres en bois que l’on pouvait facilement ruiner (…) des ballons gonflés d’air, lesquels, tombant sur la place, faisaient s’écrouler sans férir les faux remparts au plus grand plaisir de tous : spectacle nouveau et conduit de façon ingénieuse.

Porté et dirigé par Pascal Brioist, professeur des universités et membre du centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, le but ambitieux du projet 2015 s’inscrit dans une volonté « de produire de la connaissance et de la faire partager, de préserver les patrimoines naturels et culturels et d’en préparer l’avenir ». C’est « une manière post-moderne de fêter la bataille » de Marignan, me dit l’historien. La fête de 1518 n’était elle-même moins une célébration de la victoire de Marignan qu’une tentative de raccommoder la relation du roi de France avec la papauté, une « esthétisation militaire » à des fins politiques et qui servait des jeux diplomatiques. Il fallait faire abstraction de la victoire militaire, car cette énorme bataille avait fait entre 15 et 17 000 morts.

Metteur en scène de la fête selon plusieurs chercheurs dont Pascal Brioist, le génie italien Léonard de Vinci, homme de guerre et ingénieur en chef de César Borgia, avait fait participer environ 5000 soldats au spectacle de bataille à Amboise en 1518. Aujourd’hui, ce sont des reconstituteurs bénévoles allemands, italiens, suisses et français qui seront les soldats, les cavaliers, piquiers et 120 lansquenets qui recréeront la bataille. Créateur d’effets spéciaux et de décors, assisté de son collaborateur Dominique de Cortone, Léonard de Vinci faisait entre autres s’écrouler un pan de muraille à grand effet visuel.  Les décors modernes, eux, ont été fabriqués en Lorraine, notamment la reconstitution d’un lion mécanique grandeur nature dont on possède une description par Giorgio Vasari (1511-1574). Malheureusement, aucun dessin de Léonard a survécu, il fallait donc imaginer la bête automate. Un élément très important de la fête sera sa musique: environ 20 musiciens, avec trompettes et tambours, évoqueront la musique de guerre autour de 1515.

Le travail préparatoire de cette fête belliqueuse historique a débuté en 2013, avec notamment des recherches sur les récits des ambassadeurs italiens qui se trouvent aux archives de Mantoue, de Venise et à la Bnf à Paris. Par contre, aucune image de la fête de mai 1518 n’a pu aider à la reconstitution. Elle fut l’une de ces célébrations éphémères comme autant d’Entrées dans des bonnes villes des rois de France. Pour avoir une idée du coût de la fête en 1518, Pascal Brioist m’explique qu’entre l’alimentation des convives du mariage et de l’organisation du spectacle, c’est un hôtel particulier à Tours, à l’époque la capitale de la France, qu’on aurait pu se faire construire. En 2015, le coût du spectacle s’élève à environ 600 000 euros, financé par la Région Centre, le Clos Lucé, des sources publiques et privées, par la ville de Romorantin et des sponsors comme Véolia et les supermarchés Leclerc.

Pour visiter, s’informer, se promener et suivre les événements Renaissance en Val de Loire cet été, c’est ici. Pour la lecture, quelques ouvrages de Pascal Brioist : Leonard de Vinci, l’homme de guerre, 2013. La Renaissance, 1450-1570, 2003. Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne, 2002.

Mary of Guise, Scotland’s French Queen (1540 to 1542)

Marie of Guise-Lorraine. © British Museum, London.

François Clouet, Mary of Lorraine, « La mere de la Royne descos de la meson de guise » © British Museum, London, Gg 1.420

September 18, 2014. For the first time in History, a referendum gives the Scottish people the possibility to chose if Scotland should be independent or not. For centuries, Scotland was an independent kingdom, but no one ever dreamt of asking the Scots by whom they wished to be ruled. Their kings – and more so their queens – often descended from powerful families born in foreign countries: in England, in Denmark or in France. One of these foreign rulers was Queen Mary of Guise.

Mary of Guise-Lorraine was born the first child of what would become one of the most powerful families in 16th century France, the Guise. Her life was later marked by profound changes in European society and religion. In today’s France, a few historians still know of her existence, but there is almost no knowledge about her in the general public. Several reasons might be evoked for her disappearance from French History books.

Lorraine, Bourbon and Guise

Being a 16th century noblewoman, Mary of Guise was all her life guided and ordered around by her most ambitious family. It all started with her father, Claude of Guise, a younger son of the Lorraine family, who served the French king Francis I. His military bravery made him first French, then duke of Guise and later governor of Champagne and Burgundy. Claude fought in Italy and Germany and was one of king Francis’ I closest allies. After duke Claude’s death in 1550, Mary’s brother Francis of Guise became head of the family and, together with his younger brother Charles, cardinal of Lorraine, continued to influence the life and decisions of his sister.

Mary’s mother Antoinette inspired French historian Gabriel Pimodan. In her biography published in 1889, Pimodan calls her « Antoinette de Bourbon, the mother of the Guises ». Her importance to French History was therefore mothering numerous and later very powerful (male) Guise descendants. Unlike her mother, Mary of Guise didn’t have twelve children – in fact, she ended up with only one, and a girl on top of that. Accordingly, she is known as the « mother of Mary Stuart ». Mary of Guise doesn’t seem to deserve a French biography; she only had the one daugther, all her sons died young. Both Guise women were much more than « mother of ». Antoinette was a long-living and influent dutchess, and her eldest daughter Mary no less than dutchess herself. Mary of Guise became Queen of Scotland in February 1540, and later Queen regent of Scotland, in the absence of her daughter Mary Queen of Scots. Powerful women always had – and still have – a bad reputation in France, like Diana of Poitiers, the influent mistress of king Henry II. Ruling without a man at their side, or a « weak » man, has always been a very bad idea for a powerful woman. Mary of Guise-Lorraine, in the eyes of her 16th century French contemporaries, was living in a remote and « barbarian » country. Her personal qualities and her struggle to maintain her daughter’s rights as Queen of Scotland, with her husband deceased and Mary Stuart gone to France, was recognized then, and remembered after her death in june 1560. Today, she is all butforgotten.

The Guise family, too close to the throne of France

Mary was a Guise, the first child of a highly ambitious family. Like all Guises, she was born and raised a Catholic. But unlike her mother Antoinette and her younger brothers, Mary had always been more tolerant and openminded. She did not live to see her powerful male family members murdered one by one. Her eldest brother Francis duke of Guise was stabbed to death by a Protestant in 1563. Several years later, his son Henry, the new duke of Guise, was assassinated by men of the French king Henry III at the château of Blois in 1588. At the end of the 16th century, the once glorious name of Guise was doomed.

Bar, Lorraine, France : It’s complicated

Another reason why Mary of Guise did not have much attention in France might be that she was foreign born. The small duchy of Bar, her birthplace, and the much greater duchy of Lorraine had been independent realms for centuries. Her father Claude of Guise had been naturalised French by king Francis I in the 1520’s, but still, Guise family members were sometimes regarded as strangers in metropolitan France. Lorraine, ruled by Claude’s elder brother duke Anthony, was still linked to the German emperor Charles V, the hated ennemy of France. In the following centuries, the Lorraine region became the center of a long fight between France and Germany; even today, Lorraine is sometimes regarded as « not entirely French ».

Only mother of Mary Stuart ?

Mary of Guise is mother to the very famous Mary Queen of Scots. Her daughter being a VIP in European history, Mary only appears as « mother of Mary Stuart », like her own mother Antoinette is « mother of the Guises ». In 1550, when Mary came back to France from Scotland to see her daughter, her son from her first Longueville marriage and her Guise family, she could have chose to stay in one of her French possessions. But she left for Scotland the next year. Did she only obey the French king Henry II and her two brothers Francis, duke of Guise and Charles, cardinal of Lorraine, who all ordered her to defend Scotland against England and the Scottish Protestants? Did she go back to watch over her daughter’s rights as Queen of Scots? Or wasn’t it her own strong will to fulfill her destiny as Queen regent of Scotland, to ride out in the battlefield against the English army like Joan of Arc had done a century before, to fight for what she thought was right, like Joan, another woman from Lorraine ? Did she not speak in person and as Queen regent of Scotland to the French, Scottish and German soldiers fighting the invading English army ? How could she have forgotten that the English army had burned and destroyed the abbey of Holyrood near Edinburgh and the tombs of her husband James V and her two baby sons, back in 1544 ?

At the end of her life, Scottish Queen regent Mary of Guise fought the army of Queen Elizabeth I of England, another powerful and « unromantic » fermale ruler, and yet another Renaissance woman who had decided she didn’t need a man to rule her realm, nor her life.

Read more about Mary of Guise on marieguiselorraine2015.com.

Du Bellay raille Charles Quint : « Plvs Ovltre il ne passa »

Après la mort accidentelle du roi de France Henri II en juillet 1559, le poète Joachim Du Bellay (vers 1522-1560) lui dédit une oraison funèbre en vers. Dans l’extrait à suivre, Du Bellay mentionne ainsi « Henry », le roi d’Angleterre Henri VIII, mort en 1547, qui était l’ennemi juré de François Ier, le père du roi, mais aussi « Charles », c’est-à-dire l’empereur Charles Quint, dont la devise était « Plus oultre » – « Au-délà ». Le roi défunt aurait sans doute apprécié ce jeu de mot de Du Bellay. Le mot « heur », du mot Latin augurium, signifie « chance » ou « bonheur ».

« Et comme d’Annibal l’invincible victoire / Au vengeur Scipion ceda jadis sa gloire / Ainsi l’heur de Henry de Charles renversa / L’heur, & fit que delors PLVS OVLTRE il ne passa. »

Joachim Du Bellay, Le tombeau du très chrétien Roy Henry II, 1559.

Albrecht Dürer, l’artiste total, au musée Städel de Francfort

Duerer_Trommler_Pfeiffer

Albrecht Dürer, Trommler und Pfeiffer, um 1503/05. Köln, Wallraf-Richartz-Museum & Fondation Corboud © Rheinisches Bildarchiv Köln, rba_c005674

Parmi les artistes de la Renaissance, Albrecht Dürer incarne le patrimoine identitaire allemand au même titre que Holbein en Angleterre et Clouet en France. Dürer (1471–1528) a tellement inventé, transformé, influencé et crée qu’il a réussi à marquer l’Histoire et l’Histoire de l’art avec un éclat et un prestige inégalés. La dernière exposition qui lui est consacrée se tient jusqu’au 2 février 2014 au musée Städel à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. La plupart des œuvres – environ 190 peintures, gravures et dessins – sont de la main du maître de Nuremberg, mais une autre soixantaine provient de ses contemporains européens comme Bellini, Schongauer, Hans Baldung Grien, Jacopo de’Barbari, Joos van Cleve et Lucas van Leyden.

Dürer, qui s’est représenté lui-même sur la peinture ci-dessus, derrière le fifre, portant une cape rouge bordé d’or et battant un tambour, a réuni tous les aspects d’une vie artistique complète : la production d’artisanat d’art, les commandes d’art religieux et lithurgiques, des retables, des portraits, des dessins, des gravures, l’édition de livres comme « L’Apocalypse » de 1498 avec ses quinze gravures, mais aussi – et beaucoup moins connu – la réalisation d’une œuvre de communication princière, la « Porte d’honneur« , exécutée pour l’empereur Maximilien I. d’Habsbourg (1459-1519).

Duerer_Ehrenpforte

La « Porte d’honneur de Maximilien » dans l’exposition « Dürer. Kunst – Künstler – Kontext ». Musée Städel, Francfort © Norbert Miguletz

Le peintre de cour Jörg Kölderer a conçu vers 1506 l’architecture du projet, basé sur le programme iconographique de Johannes Stabius (vers 1468-1522) et de l’empereur Maximilien d’Autriche, qui confia en 1512 sa réalisation à Dürer. En collaboration avec plusieurs autres artistes, notamment Albrecht Altdorfer, le travail a été terminé vers 1518. De cette « Porte d’honneur de Maximilien« ,  700 exemplaires ont été imprimés, puis – à partir des bois originaux – trois autres éditions complètes jusqu’au 18ème siècle.

Il s’agit de la plus grande gravure sur bois jamais produite. L’ensemble monumentale, haute de plusieurs mètres, est constitué de 195 bois, exécutés par des artisans de Nuremberg et d’Augsbourg, puis imprimés sur 36 feuilles de papier numérotées. L’exemplaire montré dans l’exposition du musée Städel, conservé à Braunschweig, est colorée et dorée à la main.

Duerer_Ehrenpforte

Albrecht Dürer et al., Ehrenpforte für Kaiser Maximilian I, 1517-1518 © Herzog Anton Ulrich-Museum Braunschweig, Kunstmuseum des Landes Niedersachsen

Cette œuvre gigantesque avait une fonction représentative et de propagande, similaire aux tapisseries, fresques ou peintures murales. Il est fort probable qu’il s’agissait ici d’un exemplaire de prestige, prévu pour être offert aux maisons royales et princes de l’époque.

À côte de cette œuvre impressionnante, de portraits célèbres comme celle de la mère de Dürer, des femmes et des saints et des gravures mondialement connues comme le Rhinocéros ou la Mélancolie, figurent en vedette les panneaux du retable Heller, exécutés entre 1507 et 1509 par Dürer et Mathis Gothart Nithart, dit Grünewald, pour un commanditaire prestigieux de Francfort. Démembrés depuis et aujourd’hui partagés entre le Historische Museum Frankfurt, le Staatliche Kunsthalle Karlsruhe et le musée Städel, les panneaux du retable Heller, conçu pour l’église du monastère dominicain de Francfort, ont été réunis pour la première fois depuis sa création il y a plus de 500 ans, dans cette exposition. Entre découverte et redécouverte, l’univers fascinant d’Albrecht Dürer garde toute sa puissance de séduction – la preuve : la queue quotidienne et interminable devant l’entrée du musée.

Ausstellungsansicht "Dürer. Kunst - Künstler - Kontext" Städel Museum, Frankfurt am Main Foto: Norbert Miguletz

Le retable Heller. Exposition « Dürer. Kunst – Künstler – Kontext ». Musée Städel, Francfort © Norbert Miguletz