France

De l’humilité académique

Il y a quelques mois, lors d’une vente de livres d’occasion, je tombe par hasard sur un volume de L’univers des formes, la prestigieuse collection de livres d’art dirigé par André Malraux et André Parrot. L’auteur de ce tome, le deuxième sur l’art romain, est Ranuccio Bianchi Bandinelli (1900-1975), historien d’art et archéologue italien.

Bandinelli

J’ouvre ce livre au titre mélancolique Rome, la fin de l’art antique; le toucher de son papier épais est très agréable. En feuilletant, je vois défiler de belles reproductions d’œuvres d’art en noir et blanc. Revenue à la page de garde, je lis le passage des Essais de Michel de Montaigne (1533-1592) :

Il se peut dire, avec apparence, / qu’il y a ignorance abecedaire / qui va devant la science; / une autre, doctorale, qui vient après la science; / ignorance que la science faict et engendre, / tout ainsi comme elle defaict et destruit la premiere. (Essais, I, chap. LIV)

Cette introduction philosophique d’un livre consacré à l’art romain me surprend. Je parcours le texte de Bandinelli jusqu’à la conclusion, et à sa lecture je comprends que le passage de Montaigne est bien l’introduction poétique d’une réflexion lucide et quelque peu désabusé de l’auteur, sur le savoir et le monde académique:

Nous ne conclurons pas. Nous refusons d’enfermer un grand phénomène historique dans quelques formules. Les formules ne servent qu’aux professeurs qui veulent éviter à peu de frais que les élèves ne posent des questions, et aiment avoir un mot d’ordre pour prouver que la démonstration de leur plus proche collège était fausse (c’est en cela que consistent généralement les satisfactions et les gloires académiques. (p. 369).

L’ignorance abécédaire précède la science, et l’ignorance doctorale lui succède. La vanité académique crée l’illusion d’une fin de science, d’une réponse finale. L’erreur supposée de l’autre devient la satisfaction du chercheur, et la justification de sa propre valeur.

Mais la science et l’ignorance sont les deux éléments d’un mouvement perpétuel de la pensée, tel ce mouvement du monde que le philosophe grec Héraclite appelle Πάντα ῥεῖ (panta rhei), tout est fluctuant. Le savoir élimine l’ignorance, tout en engendrant une nouvelle ignorance. Voici la leçon d’humilité d’un savant remarquable tel Ranuccio Bianchi Bandinelli.

Rome. La fin de l’art antique (L’Univers des formes). Éditions Gallimard, 1970.

Le pont-canal de Briare (Loiret)

Canal de Briare

Le pont-canal de Briare © A.B. 2014

Marie de Guise, Scotland’s French Queen (1538-1542)

Marie of Guise-Lorraine. © British Museum, London.

François Clouet, « La mere de la Royne descos de la meson de guise » © British Museum, London, Gg 1.420

September 18, 2014. For the first time in History, a referendum has given the Scottish people the choice to revert to independence. For centuries, Scotland has been an independent kingdom, but no one ever dreamt of asking the Scots by whom they wished to be ruled. Their kings descended from powerful Scottish families, and their queens from princely and even royal families of foreign countries such as England, Denmark or France. One of these foreign rulers was Queen Marie of Lorraine-Guise.

Lorraine, Bourbon, Guise

Mary of Lorraine was born the first child of what would become one of the most powerful families in sixteenth century France, the Guise. Her time was marked by profound social and religious changes in Europe. In today’s France, a few historians still know of her existence, but there is almost no knowledge about her in the general public. There are several reasons for her disappearance from French History books.

A sixteenth century noblewoman, Marie was all her life guided, or better say, ordered around by her most ambitious family. It all started with her father Claude, a younger son born into the family of the dukes of Lorraine, who served the French king Francis I. His father’s wishes and later his military bravery made him first a Frenchman, then in 1527 the first duke of Guise and governor of Champagne and Burgundy. Claude of Lorraine fought in Italy and Germany and was in his youth one of king Francis’ I closest allies. After duke Claude’s death in April 1550, Mary’s brother Francis of Guise became head of the family and, together with his younger brother Charles, cardinal of Lorraine, continued to influence the life and decisions of his sister in Scotland.

The pious life of Mary’s mother inspired French historian Gabriel Pimodan a biography published in 1889, entitled « Antoinette de Bourbon, the mother of the Guises ». According to Pimodan, her significance was the mothering of numerous male Guise descendants. Unlike her mother Antoinette, Marie of Guise did not make twelve children, she ended up with only one, and on top of that a girl. However, she too is known as the “mother of Mary Stuart” but did not have the good fortune to deserve a French biography. Marie had only the one daughter, as all her four sons died young. Both Guise women were much more than a “mother of”. Antoinette was a long-living and influent duchess, and her eldest daughter Marie started as duchess of Longueville herself before becoming in 1538 Queen of Scotland. In April 1554, her daughter the Queen of Scots nominated her in her absence Queen regent of Scotland. Powerful women such as Diana of Poitiers, the influent mistress of king Henry II, have a bad reputation in France. Ruling without a man, or with a “weak” man at their side, has always been a bad idea for a powerful woman. In the eyes of her sixteenth century French contemporaries, Marie “Royne d’Escosse” lived in a remote, cold and barbarian country. After her death at Edinburgh castle in June 1560, her personal qualities and her courageous struggle to uphold her daughter’s throne in Scotland was recognized and remembered in France. Today, she is all but forgotten.

The Guise family, too close to the throne of France

Marie was a Guise and the first child born into a highly ambitious family. Like all Guises, she was born and raised a Catholic. Unlike her mother Antoinette and her younger brothers, Mary seemed to have been more tolerant and adaptive. She did not live to see her once powerful male brothers and nephews murdered one by one. Her eldest brother Francis duke of Guise was stabbed to death by a Protestant in 1563. His son Henry, third duke of Guise, was assassinated by men of the French king Henry III at the château of Blois in 1588. At the end of the sixteenth century, the once glorious name of Guise was doomed.

Bar, Lorraine, France: “It’s complicated”

Another reason why Marie of Lorraine never got much attention in France might be that she was foreign born. The small duchy of Bar, her birthplace, and the much greater duchy of Lorraine had been independent for centuries. Her father Claude had been naturalised French by king Francis I, but the Guise family members were still regarded as strangers in the French kingdom. Lorraine, ruled by Claude’s elder brother duke Anthony, was still linked to Emperor Charles V, the hated enemy of France. From the mi-sixteenth century, Lorraine became the centre of a long fight between France and the Holy Roman Empire; even today, Lorraine is sometimes regarded as not entirely French.

Only mother of Mary Stuart?

Marie of Lorraine is mother to the very famous Mary Queen of Scots, a VIP in European history. Therefore, her mother queen Marie only appears as “mother of Mary Stuart”, like Antoinette is the “mother of the Guises”. In September 1550, when queen Marie came back to France from Scotland to see her family, her beloved daughter and her son Francis of Orléans from her first marriage to the duke of Longueville, she might have dreamt of staying in France. However, after the death of her son in September 1551, she left for Scotland. Did she obey the French king Henry II and her two brothers Francis, duke of Guise and Charles, cardinal of Lorraine, who ordered her to go back to Scotland and defend her daughter’s kingdom against England and the Scottish Protestants? Did she go back by her own strong will to fulfil her destiny as Queen of Scotland, to ride out in the battlefield against the English like Joan of Arc another woman from Lorraine had done a century before, to fight for the rightful Stewart sovereign like Joan of Arc had done for the rightful French king? She might not have forgotten that the English army had burned and destroyed the palace and abbey of Holyrood near Edinburgh, and the tombs of her husband James V and her two baby sons back in 1544.

At the end of her life, Marie of Lorraine-Guise and Scottish Queen regent fought the army of Queen Elizabeth I of England, another powerful unromantic female ruler, and yet another Renaissance woman who had decided she didn’t need a man to rule her realm, nor her life.

Read more about Mary of Guise on marieguiselorraine2015.com.

Les Etrusques illuminent Paris

Composition d'antiques :

Félix Duban, Intérieur d’un tombeau étrusque, 1829 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Enfin une exposition sur les Étrusques depuis bien des années à Paris, cette civilisation antique à l’art fascinante. Elle se déroule sous le haut patronage des présidents des Républiques française et italienne. Des musées préteurs très prestigieux, des objets extraordinaires –  la visite s’annonce inoubliable. Elle l’est, mais c’est la beauté des objets qui procurent ce plaisir, certainement pas l’exposition elle-même. « Étrusques. Un hymne à la vie« , qui a lieu au musée Maillol jusqu’au 9 février 2014, n’est malheureusement pas la première exposition organisée par ce musée qui me laisse perplexe quant au but qu’il cherche à atteindre. Je trouve un concept d’exposition qui me rappelle le 19e siècle, une assemblée de beaux objets sans contexte. Certes, il y a des panneaux explicatifs, mais les textes sont succincts. En revanche, les cartels eux, sont bourrés de mots savants. On y trouve par exemple des  « fibules a sanguisuga à étrier plat » – traduction pour le profane : une attache de vêtement en forme de sangsue, avec fourreau plat. Cette description archéologique n’a pas sa place dans une exposition grand publique, et elle aide en rien à comprendre la fonction de la pièce. Le visiteur doit se contenter d’admirer sans comprendre, dans une atmosphère feutrée qui règne d’ailleurs partout dans les salles : une admiration béate et religieuse devant la beauté des objets.

De plus, les cartels sont rangés en colonnes sur le mur, souvent sur un seul côté de la vitrine, et sans numéros. Il faut se débrouiller en jouant à la comparaison pour éventuellement trouver la légende qui va avec l’objet en question. Parfois, on trouve une description compréhensible (pour le visiteur avec une culture générale correcte tout du moins).

© The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais/image of the MMA

Ciste © The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais/image of the MMA

À côté d’un exponat en bronze nommé ciste – bien sûr, vous savez ce qu’est une ciste, et à quoi elle sert – apparaît le texte : « Le jugement de Pâris ». Il y a trois figures humaines sur le couvercle du coffre cylindrique, comme ci-dessus sur la ciste de Palestrina du Metropolitan Museum of Art. Mais on cherche en vain le lien entre ces deux hommes qui portent une femme sur leurs bras, et l’histoire de la mythologie grecque. La légende sur le cartel explique-t-elle peut-être la scène gravée sur l’extérieur de la ciste ? Possible, mais elle doit se trouver du côté mur, car on ne reconnait sur le devant qu’un char sur la gauche et des personnages barbus qui ne sont ni les trois déesses, ni Pâris.

Les objets étrusques sont présentés plutôt en ordre chronologique, tantôt par sites, tantôt par cultures, tantôt par thèmes (comme l’inévitable « femme étrusque »), mais tout flotte dans un ensemble oscillant entre les influences grecques, orientales et des reconstitutions du 19eme siècle. Les territoires économiques des Étrusques, Phéniciens et Grecs sont montrés sur une carte immense qui indique des villes et ports, mais non pas des marchandises échangées, et dans la salle attenante se trouvent que quelques amphores pour évoquer l’activité commerciale.

L’exposition propose au visiteur de mieux cerner la culture étrusque, en mettant en avant la vie quotidienne et non pas les tombes et les objets funéraires. Sauf qu’il n’y a pas de distinction entre les objets destinés à la vie et à la mort chez les Étrusques, une habitude qui existe également chez les Égyptiens (exception faite des objets proprement funéraires, comme les ouchebtis). Les morts habitent les tombes qui sont de véritables maisons, certains sont enterrés dans des urnes en forme de cabane. Les vivants tiennent des banquets en leur honneur, ils les nourrissent, et les ancêtres sont présents sur les fresques des tombeaux. La vie et la mort sont intimement liés, et l’au-delà est omniprésent.

C’est cette unité qui est le plus beau, et le titre de l’exposition en cela bien trouvé : cette « hymne à la vie » étrusque fait du bien dans une société européenne où la mort est oubliée, cachée et honteuse, ou les cimentières ne sont pas des lieux de vie, comme les sont les tombeaux des Étrusques.

Les surprises de la cathédrale de Chartres, No. 2

Un monstre. Entrée Nord, transept de la cathédrale de Chartres © A.B.

Une grenouille monstre. Entrée Nord, transept de la cathédrale de Chartres © A.B.

Le beau monde du travail : confusion, soumission etc.

Première partie : semer la confusion

 » (…) le salarié français est dans une situation ambiguë encouragée par sa propre entreprise : d’un côté, il doit s’insérer dans l’ordre normatif et réglementaire qu’incarne le supérieur hiérarchique ; et d’un autre côté, il doit faire preuve d’autonomie en montrant qu’il ne dépend pas des autres pour organiser et exécuter son travail. Il en résulte une double déconnexion néfaste pour les relations de travail : déconnexion du salarié par rapport à son supérieur hiérarchique, déconnexion par rapport à ses collègues.  »

 » (…) l’entreprise a des orientations stratégiques, elle communique dessus mais elles sont tellement décalées par rapport à la réalité du terrain qu’elles ne parlent pas à grand-monde. »

Deuxième partie : mieux vaut la fermer

« Par ailleurs, est-ce à dire que les supérieurs hiérarchiques sont plus réticents que leurs homologues internationaux à prendre connaissance des problèmes professionnels de leurs subordonnés ? Dans ce cas, ils décourageraient implicitement la remontée des problèmes, ce qui entraînerait un phénomène de déni – d’où un cercle vicieux d’exacerbation des problèmes irrésolus et de rétention encore plus forte de problèmes qui s’aggravent avec le temps et qui deviennent encore plus difficiles à communiquer au supérieur hiérarchique.  »

« Autrement dit, il y a là un facteur de risques pour le salarié, mais aussi pour l’entreprise : risques psychosociaux (voir l’article sur ce sujet), et risques pour l’activité de l’entreprise car si les salariés n’ont pas développé une saine communication sur leurs problèmes professionnels, ils n’auront pas non plus une saine communication des problèmes, erreurs, failles, menaçant l’activité de leur entreprise. »

Troisième partie : restes où tu es, pour toujours

 » Mais au lieu d’être considérée en tant que pari sur l’avenir et gage de relation sur le long terme, l’information sur l’évolution professionnelle est malheureusement parfois considérée comme un risque et une menace : s’il en sait trop, le salarié ne risque-t-il pas de « réclamer » une évolution qui tarde à venir, et ne menace-t-il pas de prendre la place de ceux qui sont au-dessus de lui ? »

Ces citations proviennent de deux excellents articles de Benjamin Pelletier : « Défaillances managériales des entreprises françaises (1) – Mirages de l’autonomie » et « Défaillances managériales des entreprises françaises (2) – Fractures multiples », publiés sur le site Gestion des Risques Interculturels.

Comment rater sa vie?

Das Nichts nichtet. Martin avait raison.

philosophie et existence!

Peut-on rater sa vie comme l’on voit partir un train ? Rater sa vie, l’idée fait peur plus que la mort, car nul ne craint de manquer sa mort. Le problème de l’existence, c’est que l’on a beau souffrir, ou être malheureux, cela n’empêche en rien de mourir.

Chacun en tire une conclusion inévitable : plutôt rien que mourir, et pour cela veillons soigneusement à ce que rien ne se produise. Nous restons alors résolument au bord de la vie. Tout notre art et notre soin, nous les plaçons à ce qu’il n’arrive rien. Rien n’est donc pas un donné, mais un résultat de soins attentifs.  Rien est le but constant de la plupart des efforts.

Pourquoi nous suffit-il, ce fait qu’il y a presque un monde, et presque le bonheur ? Car nous ne sommes jamais très loin de l’existence. Et le réel est parfois fort près de se produire. Le rien…

Voir l’article original 75 mots de plus

P. Bruckner, Misère de la prospérité (2002)

Seul ce qui nous résiste peut prétendre à une valeur : si une œuvre d’art, un paysage nous émeuvent, c’est que nous n’en avons jamais fini avec eux. Leur richesse s’accroît de la connaissance que nous en prenons ; ils sont à jamais séparés de nous par une distance qui signe la vraie grandeur.

Pascal Bruckner, Misère de la prospérité. La religion marchande et ses ennemis. Éditions Grasset & Fasquelle, Paris 2002, p. 68

Le journalisme prêt pour une « révolution copernicienne » ?

Nicolas Copernic. Portrait, vers 1580. Hôtel de ville de Toruń, Pologne

Nicolas Copernic. Portrait, vers 1580. Hôtel de ville de Toruń, Pologne

Le jeudi 10 janvier sortait le numéro 21 de la Revue XXI, qui contient un « Manifeste » pour le journalisme. Dans un contexte de plus en plus complexe, c’est d’abord une analyse bien structurée de l’état dans lequel se trouve la presse depuis quelques années. Pour trouver des solutions, le manifeste préconise aux journalistes rien de moins qu’une « révolution copernicienne ».

Qu’a fait Nicolas Copernic, cet homme d’église mort en 1543, qui a donné son nom à cette révolution ? Il a changé son point de vue. Copernic, en contemplant le système céleste, a décidé d’inverser sa perspective. Ce n’est plus la planète terre, mais le soleil qui sera au centre du système désormais solaire et non plus terrestre. Copernic montre également que la terre tourne autour d’elle-même sur un axe incliné, ce qui donne l’illusion des levers et couchers du soleil. On imagine la surprise de ses contemporains qui se croyaient le centre du monde, et qui tout d’un coup deviennent périphériques. Je pense qu’une certaine humilité, mais surtout du courage et de la curiosité est effectivement de mise pour admettre un changement aussi radical.

Au cours de l’émission radio sur France Info, qui présentait la revue XXI début janvier, Patrick de Saint-Exupéry parlait de Marcel Proust comme exemple d’une certaine exigence. C’est donc la technique au service de l’écriture et non pas l’inverse qui doit être exigé : « Nous pensons que la presse, cédant aux promesses du « bluff technologique » avec ses taux de croissance exponentiels et sa cité de verre universelle, est entrée dans un cycle de décisions absurdes ». Cette exigence fait revenir au centre du travail des journalistes la seule personne qui doit compter et surtout la seule qui le fait vivre : le lecteur. « N’importe quoi », disent les publicitaires, « ce sont nous qui apportent l’argent. » Justement, c’est bien un des problèmes évoqués par le Manifeste :

« À viser des « cibles » pour satisfaire aux exigences de la publicité, à accepter de se façonner ainsi, les titres perdent leur âme. Le petit frisson de surprise et d’étonnement, qui fait la valeur d’un titre pour son lecteur, disparaît au profit de rubriques attendues et répétitives. Le public devient objet et non plus sujet. » Manifeste XXI, p.14.

L’effacement des frontières entre presse et communication produit des bâtards comme le publi-reportage et le « contentising » (des contenus pour vendre). Comment trouver un modèle plus honnête, plus authentique ? La véritable question est – il me semble – la suivante : la presse d’aujourd’hui est-elle utile, désirable et nécessaire ? Si elle l’est, ces critères peuvent-elles être un modèle économique ? C’est en tout cas la proposition du Manifeste :

« Être utile, désirable et nécessaire, voilà le seul modèle économique qui vaille. (…) Mais s’affranchir de la publicité, c’est se retrouver à la main du lecteur, c’est se confronter au réel, avec ses surprises. (…) Tisser des liens réciproques prend du temps, mais retrouver cette confiance jour après jour est l’un des plus grands bonheurs de ce métier. » Manifeste XXI, p. 16.

À lire également : La collision du journalisme et du numérique.

L’Allemagne – cette inconnue dont on s’en fout

© fdecomite/CC BY 2.0

© fdecomite/CC BY 2.0

2013 est l’année du Cinquantenaire du traité de l’Élysée, et aussi celle des trente ans du prix franco-allemand du journalisme. On ne peut pas dire que nous sommes inondés d’articles et d’analyses sur cette amitié franco-allemande qu’on sort de temps en temps pour se faire pardonner de ne pas chercher plus loin. Personne ne peut nier que beaucoup de choses se sont améliorées depuis la fin de la Deuxième Guerre, mais justement – c’est bien elle qui sert encore et toujours de référence. À l’occasion de la commémoration du traité de l’Élysée début janvier, la chaîne France 2  a eu la bonne idée l’illustrer l’amitié franco-allemande avec un reportage sur … Oradour-sur-Glane. Suite à quelques images de ce village martyr, monsieur le maire d’Oradour explique qu’il souhaite que des hauts représentants allemands viennent sur place pour demander pardon. Voilà où on est, presque 70 ans après l’annihilation monstrueuse du village d’Oradour. Je ne mets aucunement en cause les faits historiques, ni les souffrances des familles. Mais évoquer l’horreur et la douleur, et demander des excuses, surtout des excuses d’un acte que l’autre n’a pas commis, est-ce cela l’amitié? Doit-on s’excuser d’être né dans un pays plutôt que dans un autre ? S’excuser de faire partie d’une société et d’une Histoire qui a certes produit des assassins d’enfants et de femmes ? Comment une amitié peut-elle se construire si le passé n’est pas « passé » ? Si on ne lâche pas ce passé, on charge le présent du poids écrasant de la culpabilité. Si on ne laisse pas le passé devenir Histoire, il nous hantera.

Lors d’un récent sondage organisé par l’ambassade d’Allemagne, on a demandé aux Français quel sentiment ils avaient envers l’Allemagne. La réponse de la majorité des interrogés était : « du respect ». Les Allemands eux, ont répondu à la même question : « de la sympathie ». D’un côté, on remarque la distance, et de l’autre, un attachement émotionnel. Ce résultat anéantit quelques préjugés véhiculés depuis si longtemps, ceux qui veulent que les Allemands soient froids et distants et les Français bon-vivants et chaleureux.

Il nous reste beaucoup à faire dans cette relation France-Allemagne décidément compliquée – mais est-ce que nous en avons envie ? Combien de journalistes français connaissent bien l’Allemagne ? Qui connait des villes allemandes autres que Berlin la très branchée ? Combien savent placer sur une carte Hanovre, Erfurt ou Regensburg, Ratisbonne en Français ? Combien de journalistes parlent bien l’Allemand ? Qui lit la presse allemande autre que la presse économique ? Qui s’y rend en vacances ? Les clichés arrangent tout le monde : les Allemands partent en France pour visiter la tour Eiffel, boire du vin et passer des vacances au soleil, les Français achètent des VW, Audi et autres BMW et admirent la technologie allemande. En quoi consiste alors la fameuse amitié franco-allemande ? Il est temps de trouver des réponses valables, car à force de répéter des idées reçues, nous risquons de devenir un vieux couple qui se supporte mais ne s’aime plus.